usk

JE FAIS PARTIE DES URBAN SKETCHERS,! C'est quoi???

Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage.

Les sketchers français partagent leurs dessins sur ce blog et/ou sur le
groupe Flickr USK France. Vous pouvez contacter Urban Sketchers France en écrivant à cette adresse : urbansketchers.france@gmail.com. Visitez aussi le blog principal urban sketchers.org
.

Le Manifeste Urban Sketcher. 1.Nous dessinons in situ, en intérieur ou en extérieur et croquons sur le vif. 2. Nos dessins sont les témoins de notre quotidien et de nos voyages.3. Nos dessins représentent des archives de lieux et d'instants.4. Nous sommes fidèles aux scènes que nous voyons. 5. Nous utilisons tous types de techniques et apprécions la diversité de nos styles. 6. Nous nous soutenons, aidons, et encourageons les uns les autres et dessinons en groupe. 7. Nous partageons nos dessins en ligne. 8. Nous montrons le monde de dessin en dessin.

A partir de septembre 2015. vous pouvez retrouver mes carnets de voyages en dessin et en photos sur un nouveau blog de Blogspot . Pour l'instant un seul voyage, mais il va grossir très vite, car j'en ai "un paquet sous la botte!" A très vite.
http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com











lundi 19 mai 2014

Mon week end à la Sablière

Pour les proches qui me connaissent bien, ils savent que je vais au moins une fois aux beaux jours passer un Week end  à la Sablière dans le Gard. La Sablière, un bien beau nom pour un bien beau lieu ... Un domaine Naturiste au bord de la Cèze, 2 piscines dont une couverte, dans la verdure et les superbes rochers "les 3 arches" qui dominent le site et surplombent la rivière et qu'on découvre où que l'on soit placés.




Le week end du 8 mai était propice, je suis partie avec une amie du mercredi au dimanche et s'il n'a pas fait beau globalement en France, ici, on a été gâtées. Juste de la pluie le dimanche matin, vite reléguée au second plan dès midi tapante.



Et si j'y vais pour me reposer, nager, profiter du grand air...je n'oublie pas mon petit "moleskine aquarelle", parce que j'ai bien envie de vous faire partager mon petit paradis et ses petites aventures du quotidien.


 Le 8 mai justement, un duo de musiciens est programmé en soirée "Duo Malo", mais à l'heure dite, pas de musiciens," ils seraient tombés en panne"??  quelques types au bar s'énervent  et prennent à partie  un ex-organisateur qui n'y est pour rien, le ton monte, quelques verres de trop? Je croque en vitesse. J'adore le chien totalement affalé par terre, inconscient du vaudeville alentour.

Mais notre éternel "chantre de la Sablière" garde le contrôle et s'invitant  derechef à une table, entonne gaillardement "Au village sans prétention j'ai mauvaise réputation..." suivi de "Gare au gori-i-i-i-ille", la non demande en mariage, l'auvergnat," etc.... tout son répertoire des "2 Magots" y passe... Brassens a sauvé la mise et la soirée.. et notre chantre s'est encore et toujours... placé. Il saoule, mais on ne lui en veut pas.



La Sablière c'est toujours l'occasion de faire des portraits de nouveaux venus, la serveuse Magalie dessinée d'un seul trait d'aquarelle en direct, Carole et sa coiffure décoiffée, Stef   qui fait des crêpes  divines,  avec sa petite barbiche attachée en catogan sous le menton! very fun!


 

Et puis notre Musicien Nalo arrive le lendemain; je le dessine pendant les "balances" en me régalant les oreilles et les yeux... sur fond de canapé violet et petits poufs taupe, chaises rouges et grises. Cette année, plein de nouvelles décos à la Sablière! des planchers en bois brut sur la grande terrasse, c'est très cosy.


Le vendredi, c'est jour de marché à Barjac. On file, nous les filles, et on s'achète.... des fringues (bien sûr) des fraises et un bouquet d'ail, irrésistible à mon aquarelle de poche... sur fond de serviettes qui sèchent au soleil. Ben oui, on avait loué une superbe tente aménagée avec grande terrasse ombragée devant!  le luxe de camping.



Comme je disais, le dimanche matin, pluie... je file à la piscine couverte juste avant la fin de l'aqua gym que je croque prestement avant un sauna mérité...



En sortant, le soleil était revenu et mon transat ...occupé. lol!!!




mardi 13 mai 2014

Beau dimanche au Cimetière...

Le dimanche 4 mai 14 à 10h , quelques adeptes du groupe "Jetuilscroquent" de Lyon se sont donné rendez vous devant le cimetière de Loyasse à  Lyon 9°.




Visite guidée par Marie, la cousine de Valérie, qui a travaillé sur place plusieurs années, totalement passionnée et intarissable sur la question. Une petite quinzaine de croqueurs s'éparpillent alors  dans les allées... c'est une sorte de "petit Père Lachaise Lyonnais", où des noms célèbres de rues, avenues, places et monuments trouvent ici toute leur signification par les stèles magnifiques qu'on leur a érigées.

Premier cimetière construit à Lyon en 1810, par mesure d'hygiène, il compte 12000 tombes sur 10 hectares. Considéré initialement comme le cimetière des bourgeois, il comporte néanmoins un "terrain général" réservé aux indigents mis à disposition pendant 5 ans (puis crémation pour libérer de la place).

Ici, je découvre la stèle imposante du célèbre "Maitre Philippe", (Nizier Anthelme Philippe 25 04 1849 - 02 08 1905) sorte de mage inspiré, disciple d'Alan Kardec, qui imposait les mains et faisait des miracles.  La tombe regorge de fleurs, plantes,  que les descendants des bénéficiaires continuent d'honorer  aux dates anniversaires de ses bienfaits.

Pour la petite histoire, on découvre une sépulture bizarre, une sorte de grand habitacle fermé sur les 3 côtés à l'abandon, d'environ 3 m2 . D'après Marie, ce lieu "secret" était l'endroit  même des rendez-vous donnés  par une dame faisant commerce de ses charmes,  ici même. Le scandale a dû être à la hauteur de la traîtrise... mais la bâtisse n'a pas été détruite pour autant. Quelques légendes sont toujours attachées à de tels lieux et en font le sel.

Promenons-nous allée 10 : le carré des jouteurs, ou plus loin, des pierres tombales identiques sans noms c'est le quartier des religieux  dont la règle impose l'anonymat et la non identification.





Sous un vent frais le matin, nous acceptons l'invitation de Suzanne de partager notre casse croûte chez elle et nous réchauffer un peu, avant de retourner croquer l'après midi.
La "belle dame verte" inspire pratiquement tout le monde. Quel que soit le point de vue, elle est magnifique et totalement sensuelle.




Et puis, lundi comme il fait encore très beau, et que c'est encore les vacances scolaires, je retrouve Sylvie et  Marie Cécile à la passerelle de la Paix, qu'on dessine sous un autre angle.



lundi 21 avril 2014

Un Week end bien rempli et jubilatoire!

Et bien! quel week end!!

Tout a commencé vendredi 18/4 par le dernier stage (sur les 3) Portrait du monde au Centre Social de St Just. Une dizaine de personnes se sont appliquées à transcrire un portrait dans le contexte du pays puis le dessin d'après nature de 2 modèles, une jeune Cambodgienne et Hady, que nous connaissons bien à l'atelier.Je mettrai un article sur Couleurs vagabondes cette semaine.

Photo de Matalalie- devant l'esplanade St Clair


Au Sketchcrawl  du 19 4 14: Edith en premier plan.

Samedi 19/04/2014,  47ème Sketchcrawl  à Lyon.  10h RV à St Clair au café de l'Esplanade et dessin de la nouvelle passerelle de la Paix (piétons) qui rejoint la Cité Internationale. On était une cinquantaine. Quelques petits dessins pour vous faire partager et profiter.

Passerelle de la Paix du côté St Clair
Patricia et Gabriel (mère et fils) dessinent au Sketchcrawl



Et puis dimanche 20/4, c'était le festival Curieux Voyageurs de St Etienne (films, conférence, ateliers, livres sur le voyage). J'ai vu trois films  Amazirh une année berbère, super film dans le haut Atlas Marocain, puis Birmanie et Cuba, on va dire que ça allait du meilleur au moins bien.

 J'ai participé au Concours Nouvelles Frontières en envoyant mon carnet de voyage du Ladakh.

10 carnets de voyage étaient présélectionnés et présentés au public. L'un d'eux gagne le Prix du Jury (vote par les Organisateurs du Festival) et le 2ème : le PRIX DU PUBLIC par le vote direct des visiteurs du  festival, choix parmi les 10 carnets présentés.
Prémonition ou pas? un journaliste m'a interviewé en me demandant de montrer mon carnet en le commentant... Je vais finir par passer à la télé... lol 
De belles réalisations, très variées, 2 immenses carnets "d'après voyage" comme je les appelle, esprit Scrapbooking  (fait après mais pas pendant le voyage) ou des minimalistes et de belles plumes. Enfin, de la concurrence, quoi!

Etaient aussi présents des carnettistes : j'ai bien discuté avec Bruno Pilorget (primé à Clermont en 2013) et lui ai acheté son beau livre "SALAM Palestine" qu'il m'a dédicacé, ainsi que Joel Allessandra (esprit BD) pour  "Errances en mer rouge". Du beau monde, des vrais talents  et tellement sympas.
Du coup, je les ai croqué devant leur stand. (ben tiens, on va se gèner!).

Joel à gauche, Bruno à droite et un djeuns'  sweat rouge

20 h  : Annonce du palmarès et  remise des prix du Concours (ta ta ta!!)  ... J'avais bien peur mais je me disais que si je ne gagnais pas "c'tait pô bien grave".
Le 3ème prix est annoncé : un petit carnet accordéon sur Zanzibar, très sympa, (elle gagne son poids en cake!!) puis le 2ème : l'immense cahier sur l'Inde plein de collages, tissus, dessins, photos, écrits, sur des cartons durs, bien mis en page mais typiquement de l'après voyage... Ensuite le 1er prix, celui du Public et là, je vois, je vois..... la photo de mon carnet s'afficher sur l'écran: YES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Je suis montée sur scène très émue et intimidée devant tout ce monde, j'ai  parlé de mon voyage et  bien précisé que je partais avec un groupe pour dessiner et que le carnet était fait sur place.. notamment les portraits des gens qui ont gentiment posé. Remerciements au public et organisateurs!

Je gagne un billet d'avion aller retour sur la Compagnie CORSAIR. Ce matin j'ai regardé quels pays ils desservent  : les Antilles, la Réunion, Madagascar, île Maurice, Sénégal.... enfin, un beau panel...
Je vous dis pas comme je suis contente....


samedi 12 avril 2014

Repérage à Marrakech du 6 au 13/3/14 et carnet de voyage


Je suis partie à  Marrakech avec Ludivine, du 6 au 13/3 pour repérer les lieux à dessiner et trouver un riad, en vue du prochain Stage Carnet de Voyage que j'organise sur place du 7 au 14/10/2014.

Dans un premier temps, on s'est bien régalées à se perdre dans la médina  un peu moins chaque jour, flânant au gré de nos envies de tourner à droite ou à gauche, furetant pour s'imprégner de l'ambiance.Je dois dire que j'étais allée plusieurs fois à Marrakech mais je n'étais jamais logée dans la médina et j'ai vraiment eu l'impression de découvrir cette ville dans la ville, si intéressante... quand on y loge, c'est un peu différent d'y passer simplement. Ce que je vous propose là, c'est de parcourir page après page, mon carnet de voyage à Marrakech ... la première partie.

Ce qui m'étonne toujours le soir,  les rues bruyantes...  et dès que vous avez passé la lourde porte du riad, c'est un havre de silence et de paix. Aucun klaxon n'arrive à pénétrer les murs épais et le bois de teck. On logeait aux "clés du sud" près de Bab Doukala.



Arrivées vers 10 h le premier jour,  notre première rencontre avec Abdulaziz qui nous indique le bon petit restau pour goûter  la longue série des Tajines.... le serveur en veste matelassée rouge vante la qualité de ses plats. Effectivement simple et délicieux.


Puis on visite les fameux tombeaux Saadiens, où la fraîcheur arborée nous attend. Et c'est beau.


Juste après on prend un thé au Kasbah café en terrasse dominant la mosquée Yacoub El Mansour, plus loin la Koutoubia. Juste avant la brutale tombée de la nuit, on dessine la grande Porte Bab Agnaou  "la porte du bélier sans cornes" aux subtiles couleurs, pendant que les lanternes oranges s'éclairent en coeur.


Le lendemain, recherche de riad le matin et visite de la Médersa Ben Youssef, le quartier des teinturiers, et au crépuscule, les fameuses terrasses qui dominent la ville. On domine minarets, souks divers, toits terrasses à l'infini et  forêts de paraboles, en écoutant le muezzin imparable, qui donne l'heure gratuitement....


Installées en face d'une belle porte en bois sculptée nous dessinons. 2 hommes s'arrêtent et regardent, l'un d'eux Lhacen veut son portrait. Je m'exécute et promet de lui envoyer la photo par mail. Quant à l'autre, il est très intéressé par le siège pliant de Ludivine qu'il veut acheter à tout prix.... On promet de revenir, parce que pour le moment, on en a besoin du pliant ... m'enfin!


En flânant, nous passons devant l'atelier de tissage de la Bahia où nous apercevons deux hommes derrière un métier à tisser. Nous demandons l'autorisation à la responsable de dessiner l'intérieur. C'est très joyeux, on nous donne une petite table pour poser nos affaires, ils sont aux petits soins avec nous;je dessine Brahim un employé et Nadira la charmante responsable des lieux.



Au quartier des teinturiers, on achète des pigments bleu Majorelle, du rouge Marrakech et du orange pétant. Prêtes pour peindre le jardin dès le lendemain matin.


Puis le Palais de la Bahia dans le même quartier  juste avant de terminer la soirée sur la PLACE, la fameuse Place Jemaa El Fna, que tout le monde appelle la place, simplement.
Palais de la Bahia (la Belle)


Le lendemain, on part dans la  vallée de l'Ourika. Un arrêt à la Coopérative de Tafza, qui emploie exclusivement des veuves et des divorcées; elles fabriquent l'huile d'argan, alimentaire ou cosmétique.


Visite d' une maison berbère avec son Hammam, près de l'étable, et la terrasse avec le four en terre présenté comme le micro-ondes berbère...
3 Générations vivent sous le même toit. La grand mère Zahra tout sourire nous prépare le thé à la menthe avec des olives, du pain et de l'huile d'olive à déguster.


Installées devant le panorama d'un village en terre rouge bauxite, nous dessinons obstinément. mais le vent se lève et les nuages éclatent sur le carnet, ça c'est une aquarelle mouillée.... On rentre dans la voiture et on dessinera un peu plus loin bien à l'abri; un autre charmant village rouge Maroc.

.
On arrive juste avant la fin au fameux marché de l'Ourika du lundi. Tout le monde remballe, c'est le bon désordre coloré, bruyant, exotique, ça discute les prix, on croque rapidement une scène de vie, avant de rentrer direction la ville....

Le lendemain je pars à Agadir voir Yves et Zahra pendant que Ludivine continue ses recherches, croquis, découverte de la ville...On se retrouve le lendemain et notre vrai dernier jour sur place. On va au Souk des épices dessiner l'ambiance, couleurs, odeurs, " plaisir des yeux, la Gazelle.... " les sourires et encore des tajines... Miam..

Une dernière soirée Place Jemaa El Fna pour voir le soleil se coucher derrière les remparts et la koutoubia s'enflammer de jaune-orangé puis s'éteindre en violet, bleu de Prusse jusqu'à la nuit.


Voila c'est la fin du voyage. Un dernier sourire de ce charmant papy clôture notre aventure. Mais nous reviendrons du mardi 7 au mardi 14/10/2014 avec des élèves (entre 7 et 9) et nous pourrons faire partager notre enthousiasme pour ce beau pays.. Une visite d'Essaouira est également prévue, ouverture sur l'Atlantique pendant cette semaine d'octobre.

Alors à très vite....



lundi 20 janvier 2014

Petits dessins de début d'année et visite d'expo





Jeudi 16 janvier, je suis allée voir une super expo au Musée Paul Dini de Villefranche  "les Lyonnais rencontrent l'Orient".
 Des peintres lyonnais ont flirté avec l'orientalisme, inspirés par Delacroix et Gerome. Ca donne de superbes tableaux aussi bien d'ambiance lascives, orientales bien sûr, des portraits de courtisanes, des hommes en burnous, des médina baignées de clair-obscur qui jouent sur tous les tons.

J'ai particulièrement apprécié toutes les oeuvres présentées d'Eugène Villon (créateur de la Sté des Aquarellistes Lyonnais) tant par ses dessins à la plume sur papier brun, que ses portraits à l'aquarelle d'une justesse remarquable, de même que ses ruelles dans les souks du Maroc qui semblent faire palpiter la chaleur à travers la vibration intense de ses couleurs réfléchies au sol.  J'ai acheté le livre de l'expo, c'est rare mais là, je suis vraiment sous le charme...

Je me suis placée devant le tableau de Félix Auguste Clément "Fellah, fille d'un cheik jouant du tambourin" qui est d'ailleurs sur l'affiche de l'expo et j'ai croqué à la mine de plomb. Rentrée chez moi, j'ai aquarellé.

Ne ratez pas cette sublime expo! c'est jusqu'au 9 février 2014 et ça vous emmène vite et loin....


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Quelques dessins de Roman , danseur Flamenco,  croqués sur place et mis en couleur chez moi, ont pratiquement terminé l'année pour le Modèle Vivant.

Dès janvier 2014, les cours ont repris et j'ai pu croquer en vitesse après avoir fait le tour des élèves. Le feutre noir et le pinceau à réserve d'eau m'ont permis de finaliser immédiatement quelques dessins.

Denis, acteur et " modèle au bâton",  pour les besoins d'une prochaine pièce de théatre, a dû se laisser pousser la barbe et imposant ses pauses puissantes et énergiques, il est impossible de passer à côté sans craquer pour un dessin rapide.



Stéphanie m'a inspiré quelques détails au feutre et pinceau à réserve d'eau.




En ce moment, c'est le Festival Télérama et je me repais de films pas vus en 2013 que je peux voir pour 3E la place selon une programmation intéressante. Dimanche j'ai vu Frances Ha et le ticket s'intègre au reste de la pause, petit clin d'oeil à mes occupations habituelles (ciné, lecture, dessin rapide... etc...)


Rendez-vous au prochains petits crobarts...