usk

JE FAIS PARTIE DES URBAN SKETCHERS,! C'est quoi???

Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage.

Les sketchers français partagent leurs dessins sur ce blog et/ou sur le
groupe Flickr USK France. Vous pouvez contacter Urban Sketchers France en écrivant à cette adresse : urbansketchers.france@gmail.com. Visitez aussi le blog principal urban sketchers.org
.

Le Manifeste Urban Sketcher. 1.Nous dessinons in situ, en intérieur ou en extérieur et croquons sur le vif. 2. Nos dessins sont les témoins de notre quotidien et de nos voyages.3. Nos dessins représentent des archives de lieux et d'instants.4. Nous sommes fidèles aux scènes que nous voyons. 5. Nous utilisons tous types de techniques et apprécions la diversité de nos styles. 6. Nous nous soutenons, aidons, et encourageons les uns les autres et dessinons en groupe. 7. Nous partageons nos dessins en ligne. 8. Nous montrons le monde de dessin en dessin.

A partir de septembre 2015. vous pouvez retrouver mes carnets de voyages en dessin et en photos sur un nouveau blog de Blogspot . Pour l'instant un seul voyage, mais il va grossir très vite, car j'en ai "un paquet sous la botte!" A très vite.
http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com











mardi 22 septembre 2015

Naissance d'un nouveau blog "Spécial Carnets de voyage"

De retour du Haut Atlas Marocain, j'ai le plaisir de vous informer de la naissance d'un nouveau Blog que j'ai créé récemment.

Désormais, vous pourrez lire et voir mes carnets de voyages à l'adresse suivante :

http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com

N'hésitez pas à vous abonner à mes articles en inscrivant votre adresse mail  sur le site (pavé à droite). Attention aux S de carnets et de voyages...

Je l'ai alimenté pour l'instant avec mon voyage au Cambodge de décembre dernier, carnet qui m'a valu le Prix du Jury et Prix du Public 2015 du Festival Curieux Voyageurs de St Etienne.

Le cadeau était "une semaine en pension complète à l'Ecolodge Touda" dans le Haut Atlas Marocain précisément la vallée d'Ait Bougmez! Rentrée hier après une parenthèse hors du temps. C'était très chouette!!!

Tiens, juste pour vous mettre l'eau à la bouche, une petite aquarelle faite sur place, le paysage vu depuis Touda. Très sympa cette semaine partagée avec Françoise, une copine croqueuse!!




Je vais continuer à vous parler de mon voyage Cambodgien sur carnets de voyages de la Vagabonde et puis cette année a été tellement riche en voyages!  je vous parlerai ensuite de l'Ile Maurice (mars 2015) puis de l'Ouzbékistan (mai 2015) et le dernier petit  "Marocain."

A très vite.

mardi 1 septembre 2015

Carnet "Dernière Chance" ou "Comment recycler des horreurs"

Cet été, j'ai participé assez lamentablement à une matinée  "aquarelle" à Brioude. (je n'en suis pas très fière).
Je n'étais pas en forme, pas présente réellement et ce que j'ai fait, c'est carrément horrible! Rien pour me rassurer tout était absolument hideux. Nul à chier, c'est pas poli mais on comprend tout de suite! lol!

Bien décidée à tout déchirer en menus morceaux et à jeter au fond d'une poubelle-oubliette,   mes copines me disent "mais non, recycle ton papier, fais-en quelque chose."

Pas du tout par souci d'économie, je me suis dit qu'elles avaient peut-être raison et j'ai donc fait du "RECYCLAGE D'HORREURS".

J'ai découpé horizontalement toutes les feuilles utilisées, j'en ai fait un carnet accordéon carré de 13 x 13 avec un "fond aléatoire" parfois très présent... Mais c'est le deal. Et puis le papier est de bonne qualité. Je l'appelle le Carnet de la dernière chance.

Jeudi dernier 27/8, je suis allée au musée Confluence à Lyon pour revoir l'expo Turak et dessiner avec Sylvie. C'est fortement déjanté, j'adore, et j'ai fait des dessins au feutre fin que j'ai aquarellé plus tard.



Les enfants sont subjugués ! Les mamans ont des têtes en forme de robinet...suspendues à des fils, elles s'agitent parfois pour promener le petit dans la poussette. Les brosses à dents sont coudées, les tubes dentifrices défraîchis!


Les personnages sont fabriqués avec des récup. d'os de sèches, des galets, du fil,  des coquillages, des plumes...et les girafes sortent de l'œuf dans le vivarium à girafons.


Un ours blanc surplombe des boites gigognes et une tête assez hideuse sort d'un col de chemise. Il est assez affreux! (on m'a dit qu'il ressemblait à un cul! c'est vrai!!!)

Quelque fois c'est compliqué car le fond est très sombre mais j'ai pas trop mal négocié l'affaire.

 
Dans le genre effrayant cette tête entourée d'un col fraise volanté, un entonnoir sur la tête et les lunettes de borgne... plus sympa la grande  échelle de pompiers chevauchée par de biens étranges personnages caracolant sur un cheval de bois, et les robinets qui jouent dans chaque pièce de cette curieuse "maison témoin". Témoin de la folie déjantée de Turak!
Précipitez-vous si vous ne l'avez pas encore vue c'est jusqu'au 1er novembre.


Le monde délirant de Turak

Ce week end profitant du soleil généreux, je suis allée dans mon "Coin de Paradis préféré" La Sablière sur Cèze. Et j'ai continué le carnet accordéon.




Les couleurs son toujours fortes, notamment au bord de la rivière, j'ai eu un peu de mal à cacher l'arbre sous-jacent, mais je joue le jeu quoi qu'il en soit.


Retour à la sérénité au bar un peu vide du 31/8, les familles avec enfants sont rentrées, ne restent que les grands adultes ou jeunes retraités (vieux aussi). Du coup, la place est libre.



 Là j'ai dû cacher une chapelle au toit rouge et je m'en suis pas trop mal tirée, elle a disparu du champ de vision et le bleu du ciel est devenu le bleu de la piscine. Pas mal, non?

Et au fond, les 3 arches  (rocheuses) , que je ne me lasse pas de dessiner chaque fois que je retrouve mon "paradis".
 Il ne reste plus que 3 pages à remplir dans mon accordéon. Ce sera pour bientôt....






 

dimanche 23 août 2015

Tribulations estivales : suite et fin!

Marseille du 20 au 24/7/15 en stage avec Emilie Dhauteville. Il fait toujours aussi torride!

Lundi 20/7 TGV de 9 h-  arrivées vers 11h. On pose nos valises au Vertigo (Auberge de jeunesse près du vieux port) et on se retrouve au Bar de la Marine (Obligé!). Les autres participants sont déjà là, un petit groupe dont un ado de 16 ans. C'est rare. Emilie dit "on va dessiner dans une savonnerie et on peindra au savon"! Bon ça démarre fort.

On fait la préparation, sur un papier aquarelle, une couche de savon liquide qu'on laisse sécher. Ca fait une sorte de glacis. On colle quelques papiers déchirés qui vantent la savonnerie de Marseille. Gouache blanche par dessus pour fondre le tout. Et on part à la Savonnerie pas loin pour dessiner les gros savons carrés si typiques de Marseille. Il fait encore plus chaud à l'intérieur aussi on s'installe dehors sur le trottoir.
Les gens regardent et commentent! "Peuchère, comme c'est beau! Vous savez bien dessiner!" avééééééééééé  l'asssent!

Petite esquisse au crayon; et mélange savon aquarelle. Ca mousse, c'est rigolo et les teintes sont patinées. Ca donne ça. (Sylvie a décollé des autocollants de Marseille)

Les savons peints au savon
L'après midi, on va sur le port à la Capitainerie. Emilie nous a trouvé un endroit à l'ombre, placées sur un promontoire, on dessine les bateaux.  Quelques cadres, des détails, le tout au feutre permanent et une ou deux taches de couleur pour dire mer ou ciel. On y passe l'après midi.



Mardi 21/7 . RV Quartier du Panier. C'est super sympa ce coin, j'adore.
Arrivées un peu en avance avec Sylvie, on dessine une ruelle où trônent des sculptures biscornues. Miguel l'artiste lit son journal en terrasse.  Il met une petite dédicace qui fait partie du dessin.



La veille, Emilie nous a fait préparer un accordéon en papier aquarelle. Le mien comporte 4 volets, que je colle dans mon carnet.
Après le petit café qui s'impose (là où ont été tournées des scènes de Plus Belle la Vie), on monte par les ruelles. Ce matin c'est perspective, du sérieux quoi! On passe toute la matinée, dans une minuscule ruelle, coincés sur nos pliants, parfois crayon à bout de bras tendus, nous déplaçant quand des gens veulent passer. Je dessine Béatrice en premier plan, c'est plus vivant. Bon  il fait faim.

la page 1 de l'accordéon et la rue Ballard en perspective

Difficile de trouver un restaurant, ils sont tous complets. Il faut attendre. Nous mettons ce moment à profit. "Sortez une éponge ou un plastique froissé, passez de l'aquarelle pour faire un fond sur chacun de vos plis, c'est les façades. Et laissez sécher. Après le repas, vous travaillerez au feutre puis rehauts d'aquarelle." Aussi tôt dit, aussi tôt fait!  Un resto en terrasse nous accueille pour nous sustenter. Ouf!

Voilà ce que ça donne. J'ai adoré faire ça!


Il me reste le verso... allez


Le soir, on termine vers 16h 30. Aussi, il nous reste du temps pour vaquer à nos occupations.
Dessins en terrasse, avec la petite bière, etc... Je reproduis un dessin peint sur le mur de notre chambre "la grue qui débouche le port de Marseille". trop fun!

 
On parle toujours de la sardine ici!
Et j'improvise une conversation à la terrasse du café entre un couple et un touriste japonais. Ca donne ça (oui c'est difficile de lire sur mon dessin) .
La fille : - Et toi Paul, en tant que journaliste, tu as des infos sur l'affaire de la Sardine?
Paul - Ben oui. Ce qui n'a pas été  dit, c'est que les grutiers qui devaient déboucher le port de Marseille avaient tellement bu le pastis, qu'ils étaient fins ronds! Et c'est eux qui ont bouché le port, pas les sardines!
Le touriste japonais - Ah ces français! Faut toujours qu'ils cherchent une explication à tout! Chez nous à Fukushima, on a trouvé la solution radicale au problème de la sardine!


Mercredi 22/7 : Départ en bus : Le Vallon des Auffes, petit port abrité, entre pêcheurs et touristes, c'est populaire et ça l'fait bien!
Le matin,  en nous décalant d'une place jusqu'à retrouver notre place initiale, on dessine une vue du Vallon  à partir de la terrasse de Chez Jeannot. C'est moche, j'ai utilisé un papier merdique, je balance ! Ben non, vous ne verrez pas, trop tard et trop moche!

On s'installe sur un quai à l'abri du soleil qui tape toujours comme un malade Con! On doit utiliser des couleurs irréelles, contraires à la réalité, j'aime bien!
On ne voit pas trop sur la photo, mais le ciel est mauve violacé.


Jeudi 23/07 :
Avant de partir pour notre journée Personnages, ce matin on va à LA CRIEE. Nous avons  préparé notre support  la veille : papier journal collé sur une feuille du carnet et passé ensuite à la gouache blanche.
Gros plans de poissons au feutre bleu puis aquarelle pour dire toutes les subtilités des reflets de ces daurades, empereurs, rascasse, poulpes et autres.  Pour terminer, un coup de Pentel  noir pour "poser notre pêche aux galéjades".

Les Marseillais sont  rigolards (poil au lard!) :
- "C'est quoi ce poisson, Monsieur?"
- "Celui-ci, tè, Peuchère, c'est la Rousquette!  la rascasse avèè les baskets!"



Maintenant, partons pour les Bains Militaires de Malmousque. Notre Emilie a ses entrées, cherchez pas. Bon c'est une plage privée (réservée aux militaires ou leur famille) avec Bar,  piscine, terrasse et tout ce qu'il faut pour notre bonheur du jour.

Emilie nous remet un morceau de papier carbone bleu. On doit  dessiner les gens tels qu'on les voit, captés dans leurs attitudes, d'abord normalement, puis dessin en pointillé ou tirets, de la main gauche, sans lever le crayon. Les dessins sont faits sur des papiers de différentes sortes et toujours en 2 exemplaires. Il faudra découper nos petits bonshommes et les coller sur une page où on intègre des morceaux de photos de bord de mer. Ca nous occupe pas mal.


Pour me faire plaisir, je croque en vitesse quelques visages, qui me branchent!


En soirée,  Sylvie, Marianne et moi sortant d'un restaurant Japonais, arrivons sur la place Lulli. Un kiosque à musique déformé comme une montre molle, se gondole au soleil couchant, on dirait même qu'il se gausse du spectateur. C'est vibrant. Opéra Noir, tel est son nom.

La chaleur n'est pas tombée mais notre enthousiasme toujours guilleret! J'attaque le "gondolé" au Pentel noir, rapide, sur une vieille carte du monde chinée au Brol de Bruxelles.  J'aime assez le résultat.
Pour la petite histoire, Opéra Noir a été réalisé en 2013 par Christophe Berdager et Marie Pejus. Il entre en résonnance avec l'Opéra de Marseille, renvoyant des sons déformés et stridents.
Marseille, ville de délires sonores et déformations oniriques!



Vendredi 24/7 : Dernier jour . On part avec nos valises à pied, jusqu'au MUCEM. On va dessiner sur des formats cartes postales qu'on prédispose sur notre carnet de façon harmonieuse, surtout pas alignées. On s'installe dans une coin super calme, mais on est vite délogées par une équipe technique qui doit fermer le coin pour l'installation d'un spectacle. Zut!

On traine un peu mais on a des exigences :  trouver un endroit à l'ombre d'où on pourrait voir "La Major". Compliqué!  Mine de rien, il est 12h 30; on mange au resto rapide du Mucem. Après un petit café bien serré, on est d'attaque pour croquer et aquareller nos points de vue préférés.


Ah, j'oubliais. Consigne : peindre direct sans dessin préalable... Ca complique un peu plus le schmilblik!




16h.  Avant de se quitter, on s'installe au café du Mucem sur cette terrasse magique qui permet de voir le ciel et la mer au travers de cette magnifique résille d'acier, Moucharabieh contemporain. J'adore!

C'était vraiment sympa et intense. Bravo et merci à Emilie.

























 

mercredi 19 août 2015

TOUT CE QUE J'AI FAIT CET ETE : IMMERSION ESTIVALE

Plein de petits déplacements autour du carnet de voyage, cet été. Voyez plutôt (paroles et dessins)

 du 3 au 6/07/2015 :  Stage de Nicolas Doucedame à Aix en Provence.
Premier jour  Aix ville. Sur une double page du Moleskine A4.

Place des 4 Dauphins Aix- 3/07/15

Place Albertas, un meeting "les Rencontres Déconnomiques", un plaidoyer pour Siriza, Podemos ou comment lutter contre le capitalisme sauvage et tous les mensonges qu'on nous fait avaler sur la Grèce, etc... J'écoute d'une oreille empathique, c'est intéressant, mais je dessine surtout.


Place Albertas - Aix-  le 3/07/15
Le soir, je croque les alentours de la maison de Marie Agnès, la fée qui nous héberge. J'adore ce lieu.

Chez Marie Agnès, dite "La Fée"



Le lendemain samedi 4/7, nous partons pour Ansuis un petit village du Lubéron  ( Ansouis en provençal) c'est charmant. Il y a tant à dire!
Ansouis et tout ce qui s'en suit!
Dimanche 5 juillet, direction Marseille au Mucem. Il fait une chaleur torride, on se place sous les arcades du Fort St Jean pour dessiner. Désolée pour la qualité des photos, c'est moche!

Il faut toujours que je mette un personnage dans mes dessins! M'enfin!
A 13 h, on va manger dans un petit coin à l'ombre et je vois ça : La Major qui émerge des herbes folles juste devant mon nez.
Au loin la Major

L'après midi, Nicolas me demande de dessiner cette passerelle du Mucem; en dessous les arrêts de bus que je prendrai un mois après. Le sujet ne m'a pas emballée mais je suis rentrée dedans, je joue toujours le jeu!  Pour finir la journée, un petit tour au café terrasse où se détachent les résilles métalliques sur fond bleu céruleum. Une petite bière, vite!

La fameuse passerelle ! et le bar du Mucem
  
Pour le dernier jour, Nicolas nous emmène à la Sainte Victoire, aquarelle au programme! La chaleur est intenable, la canicule sur toute la France, les arbres ne sont pas les meilleurs abris. Difficile de dessiner dans ces conditions. Mais je suis assez contente du résultat.
 
La Sainte Victoire  matin du 6/7/15
Le stage est terminé, c'était chouette, j'ai découvert de belles techniques . A utiliser sans aucun doute.
 
Le jour du 14/7, quelques croqueurs Lyonnais organisent une sortie dans la vallée d'Azergues ; c'est toujours plaisant de dessiner ensemble. J'en suis! (Ansuis?)
D'abord Charnay, charmant village des pierres dorées et son alambic sur la place de la Mairie.
 
 
Après un petit casse croûte, nous montons au Château de Châtillon d'Azergues,  que je connais parce que ma sœur habite juste en dessous. Mais je n'ai jamais vraiment visité et le superbe point de vue de la Chapelle de Bon Secours (XII) et du château de l'autre côté de la rue me chatouillent agréablement les pinceaux.
 
 
 
Avec une bande de joyeux croqueurs, nous avons loué un gite à  Brioude, pour la Biennale d'Aquarelle. C'est une charmante petite ville surmontée d'une superbe basilique en pierres carmin. Nous allons voir tous les exposants, dont certains connus, d'autre non. Il y a fort à faire et la chaleur toujours présente nous rend apathiques.
 
Un soir, nous dessinons ensemble sur une place. Ah! quand même!
 
 
 
Sur la route d'Aix, à l'arrache, on a décidé avec Sylvie d'aller au stage d'Emilie Dhauteville à Marseille du 20 au 24/7/15.  Je vous raconte la suite dans un nouvel article.
 
Allez à très vite.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 







 

mercredi 5 août 2015

Croqueuse Compulsive - le Blog: Sète : repérage reportage pour le futur Carnet de ...

Croqueuse Compulsive - le Blog: Sète : repérage reportage pour le futur Carnet de ...: Du lundi 13 au vendredi 17/04, je suis partie avec  Sylvie pour faire du "repérage" à Sète en vue du stage Carnet de voyage que j...

Sète : repérage reportage pour le futur Carnet de voyage

Du lundi 13 au vendredi 17/04, je suis partie avec  Sylvie pour faire du "repérage" à Sète en vue du stage Carnet de voyage que j'organise du 11 au 17/10/2015. (Ne cherchez pas, il est complet).

Cette semaine m'a permis de revoir les lieux chers à mon cœur, de dessiner et de prendre aussi des photos. Le temps était presque parfait sauf notre journée à Bouzigues et Mèze.

Allez, venez avec moi. C'est lundi, on est arrivées en début d'après midi et nous partons au Môle St Louis pour récupérer les clés de l'appartement que nous prête des amis. Waoh! Déjà cet alignement de bateaux impressionne, mais on ne va pas déprimer, on arrive et on est "à fond". Ca donne ça!





Allez,  c'est mardi, on a une grande journée devant nous à remplir. La matinée passe très vite en repérages,(dessin du Jouteur sur la canal royal)  il est déjà midi : direction les Halles où je retrouve des vendeuses que j'avais dessinées en novembre précédent. Allez une petite dégustation d'Huitres divines arrosées d'un petit Picpoul dont je ne vous dis rien!!!(je le garde). Hummm!!!!!
   
Un petit peu "fatiguée" soudain, le café s'impose. On se dirige vers la Place de l'Hôtel de ville appelée communément "Place du Pouffre". (Alors pour les nuls :  le pouffre c'est le poulpe, symbole de la ville à travers les délicieuses tielles, spécialités Sètoise). Je ne vais pas partir sans avoir dessiné cette magnifique sculpture de Pierre Nocca tellement expressive.
Statue du Jouteur au Canal Royal

Je crois bien que je me suis fait une mini sieste, parce que le soleil et le Picpoul m'avaient chauffé la tête. Bref, on se dirige vers la Ville Haute, à travers les petites ruelles "tire-cul", la Décanale St Louis surmontée d'une vierge monumentale. C'était le quartier des immigrés Italiens qui ont véritablement peuplé cette ville et il en reste une douce nostalgie, voyez plutôt Place de l'Hospitalet, la voluptueuse sculpture la Mamma de Di Rosa, tout près du Café Social, où se retrouvaient les jouteurs de la ville.


Quelques dessins d'ambiance sur la terrasse du Café Social qui ouvre et c'est l'heure de la petite bière locale. Ah ça fait du bien, je vous dis pas, il fait une chaleur aujourd'hui!!















Mercredi 15/4. Aujourd'hui c'est la POINTE COURTE, lieu mythique s'il en est! Agnès Varda ne s'y est pas trompée qui a tourné un film en 1955 avec Noiret et Sylvia Monfort, l'histoire double d'un couple et d'un quartier qui se bat pour subsister. Ca s'appelait tout simplement "la Pointe courte".

Sylvie se fait un petit challenge depuis qu'elle est arrivée : Elle dessine dans des cadres verticaux, captant juste ce qui se passe dans ce format. Ca demande beaucoup d'attention et d'exigence et c'est plus court que de tout dire. Je m'y essaie aussi, d'abord en noir et blanc puis avec quelques touches de couleurs.


Ce qui m'amuse, c'est de décoller un peu de cette vieille peinture pourrie des bicoques. Des particules jaune et bleu se détachent facilement. Je les ramasse et les colle dans mon carnet et curieusement, c'est exactement les mêmes couleurs que la toute petite sardine que j'ai trouvée par terre.


  Allez encore un petit dessin en hauteur avant de rentrer.
Ce matin, on a eu la chance de voir les 2 ponts se lever à 9h 50 précises, le pont des voitures et le pont ferroviaire, parce que le train passe tout près, on est à 2 pas de la gare. c'était chouette ce spectacle, un grand voilier attendait pour pouvoir passer.
J'ai pris une photo des ponts ouvrant tout grand leur bras.

Ajouter une légende
Et puis, je n'ai pas résisté au plaisir de dessiner une maison de pêcheur, toujours kitsche faut quand même rester dans l'ambiance... C'est pas n'importe où la Pointe Courte, ça se voit.


Vous connaissez "la maison des chats"?

Le lendemain, on avait prévu d'aller à Bouzigues et Mèze. Le temps n'était pas au top, mais bon on a affronté les nuages et le ciel menaçant. Effectivement en arrivant à Bouzigues, une pluie fine tombait régulièrement. A l'abri sous le auvent du musée, on a fait notre petite aquarelle! ben oui, qui dit pluie dit aquarelle,  non ? C'était un peu difficile, mais on s'est réchauffées à La Voile Blanche, un super restau où nous avons encore dégusté des huitres et autres spécialités locales arrosées d'un Picpoul! M'enfin, je me répète, mais qu'est-ce que c'est bon quant on déguste dans le contexte, ça ajoute son petit supplément d'âme qu'on ne retrouve pas une fois rentré chez soi.

Sculpture Port de Mèze
Port de Bouzigues sous la pluie
 

Ben voilà, c'est notre dernier jour mais on a bien l'intention d'en profiter jusqu'au bout!

Ce matin, on va dessiner au cimetière marin, le cimetière des riches qu'ils disent. Paul Valéry y est enterré. Notre ami Georges est enterré dans celui des pauvres "le Py". Sous le soleil et situé à flanc de colline, c'est un bonheur de croquer...




Un petit tour au Mole St Louis pour manger avec un ami sur son bateau... Profiter jusqu'au bout du plaisir de Sète. Un petit dessin du Phare....


 Et je ne pouvais pas laisser ce séjour sans me faire plaisir avec un portrait. Comme il était pas à Sète ce jour-là, je l'ai dessiné d'après photo, mais vous ne m'en voudrez pas, n'est-ce pas?


..."Quand mon âme aura pris son vol à l'horizon, vers celle de Gavroche et de Mimi Pinson, celles des titis et des grisettes, que vers le sol natal mon corps soit ramené dans un sleeping du Paris Méditerranée, terminus en gare de Sète." (extrait de "Supplique pour être enterré sur la plage de Sète")

J'attends de pied ferme les 10 inscrits au stage du mois d'octobre. Je suis sûre qu'on va bien se passionner pour cette Ile Singulière.