usk

JE FAIS PARTIE DES URBAN SKETCHERS,! C'est quoi???

Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage.

Les sketchers français partagent leurs dessins sur ce blog et/ou sur le
groupe Flickr USK France. Vous pouvez contacter Urban Sketchers France en écrivant à cette adresse : urbansketchers.france@gmail.com. Visitez aussi le blog principal urban sketchers.org
.

Le Manifeste Urban Sketcher. 1.Nous dessinons in situ, en intérieur ou en extérieur et croquons sur le vif. 2. Nos dessins sont les témoins de notre quotidien et de nos voyages.3. Nos dessins représentent des archives de lieux et d'instants.4. Nous sommes fidèles aux scènes que nous voyons. 5. Nous utilisons tous types de techniques et apprécions la diversité de nos styles. 6. Nous nous soutenons, aidons, et encourageons les uns les autres et dessinons en groupe. 7. Nous partageons nos dessins en ligne. 8. Nous montrons le monde de dessin en dessin.

A partir de septembre 2015. vous pouvez retrouver mes carnets de voyages en dessin et en photos sur un nouveau blog de Blogspot . Pour l'instant un seul voyage, mais il va grossir très vite, car j'en ai "un paquet sous la botte!" A très vite.
http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com











samedi 28 novembre 2015

Départ pour le Rajasthan 29/11/2015

Bonsoir à tous,

Je suis sur les starting blocks pour le grand voyage au Rajasthan. Je m'envole demain soir pour Delhi.

J'ai commencé à préparer mon beau carnet de voyage, fabriqué par Cyrille André de l'Atelier Volute.. Voyez plutôt. Il a fait une couverture très graphique inspirée par les fortifications d'Udaipur ; j'aime beaucoup.


 

Vous me connaissez, j'ai commencé à préparer mon carnet, première page et le dessin de mes outils et matériel prêt à partir.


 
 
Je me suis achetée le "petit dictionnaire amoureux de l'Inde" de Jean Claude Carrière, j'aime ce qu'il écrit, notamment  "L'amour de l'Inde est difficile. Il peut être anéanti dès le premier regard... Si nous n'aimons pas les hommes n'allons pas en Inde. La foule est ici le paysage principal . Elle est l'acteur de toutes choses."


Je me suis fabriqué aussi un super petit carnet accordéon (Merci Ludi) avec un papier d'inspiration indienne et une carte ancienne d'une famille de Maharajahs  d'un siècle révolu.

J'ai déjà noté les villes principales et la couleur qui s'y rapporte...



Pour vous permettre de me suivre "de près" sur place, je vous livre le contenu du programme Indien.

- Dimanche 29/11/15 - Décollage Roissy : 21h 30 pour Delhi direct.

- Lundi 3 et mardi 4/12/15 - Arrivée à Delhi à 12h 40 heure locale (imaginez qu'il y a 4h 30 de décalage). Avion pour Jodhpur à 13 h 45 (pas le temps de flemmasser).
JODHPUR  la ville BLEUE, celle des Brahmanes qui vivent dans des maisons peintes en bleu et vénèrent Krishna, Dieu au visage bleu, couleur sacrée en Inde.

- Mercredi 2 et jeudi 3/12/15 : Nous partons pour JAISALMER la JAUNE. Située près du Désert du Thar proche de la frontière Pakistanaise, cette ville fortifiée regorge de palaces, temples Jaïns et de Havelis, ces fameuses demeures des marchands de la route des la soie dont les façades évoquent la dentelle.

- Vendredi 4/12/15 : Retour à Jodhpur, une journée de route  avec quelques arrêts dessins bien sûr.

- Samedi 5/12/15 : De Jodhpur, nous partons en direction de RANAKPUR à travers les monts Aravalli. Découverte de ses temples Jaïns , l'un des plus remarquables sanctuaires  par la variété de ses détails sculptés, blottis au fond de collines verdoyantes autrefois refuge des tigres et des brigands.

- Dimanche 6 et lundi 7/12/15 : de Ranakpur nous partons à UDAIPUR le BLANCHE. Ghats (berges aménagées), Palais du Maharana dominant la ville et le lac, vieille ville aux échoppes et ateliers d'artisans. Le Lake Palace, palais flottant sur le lac Pichoda et ses maisons blanchies à la chaux donnent à Udaipur son qualificatif.

- Mardi 8/12/15. De Udaipur, nous partons pour BIJAIPUR, Rajasthan rural à la rencontre des habitants.

- Mercredi 9 et jeudi 10/12/15  BUNDI l'autre ville Bleue" pleine de charme avec son palais Rajpoute d'un raffinement extrême.

- Vendredi 11 et samedi 12/12/15 : JAIPUR la ROSE et son célèbre Palais des Vents, le Fort d'Amber entouré de remparts fortifiés et le vieux palais, balcons, moucharabiehs, jardins suspendus, décors sculptés dans la pierre et peinture à la feuille d'or.
C'est aussi la ville de l'artisanat textile, (teinture et impression)  tissus imprimés au tampon de bois et  bandhani (tissus noués et teints) si célèbres.

- Dimanche 13/12/15 : Retour en avion de Jaipur à DELHI: arrivée  12h 20.
Visite du temple Gurudwara Sisganj le plus grand temple sikh de Delhi, haut lieu de pèlerinage à l'ambiance colorée.

- Lundi 14/12/15 : Retour en France. Départ de Delhi à 13h 15- arrivée à Roissy 18 h. Un TGV à 19h 30 et  Lyon à 21 h 30, le yeux et le cœur chargés de beautés et de couleurs glanées pendant deux semaines.

Je vais me régaler d'architecture et de portraits, enfin, je vais tout faire pour ça!  Je penserai bien à vous tous. A bientôt!

 

jeudi 5 novembre 2015

Ce que j'ai fait pendant le stage Carnet de Sète

du 11 au 17/10/2015, j'animais un stage Carnet de voyage à Sète. 10 personnes m'accompagnaient dans cette aventure en dessin de la fameuse Ile Singulière.


Personnellement, j'adore cette ville "qui se la pète pas", empreinte de simplicité et d'originalité où les immigrés Italiens sont le ciment de la Cité et à l'origine de la fameuse tielle produit purement local. Le quartier Haut, la Mamma, la Décanale St Louis, le Café Social et les frères Di Rosa,  le MIAM Musée International des Arts Modestes, le Canal Royal et le Môle St Louis sans oublier le cimetière marin. Bref, tout m'emballe!

Et puis, cerise sur le pompon,  j'ai eu la chance de rencontrer Vivi Navarro, une artiste Sètoise qui peint les cargos, porte-containers, remorqueurs, c'est beau à couper le souffle. Elle prend son baluchon un matin et elle se fait la belle sur un cargo du bout du monde, dessinant, peignant avec vigueur et obstination dans des conditions méchamment terribles. Et elle a pris le temps de regarder les carnets de chacun avant de nous montrer les siens. Une belle après midi d'échange dans le Quartier Haut. D'ailleurs elle dit d'elle même "la femme qui murmure à l'oreille des marins" mignon, non?

Pendant cette fameuse semaine, il est clair que je n'étais pas là pour dessiner, ma priorité c'était d'être là à fond pour les participants, pour les guider, les aider, leur donner des pistes et des consignes. Des exercices de chauffe le matin et hop, on choppe le bus °3 pour croquer dans la ville, le long des canaux ou dans les Halles, sur la place du Pouffre... Le programme était bien compact, je dois avouer.


Autant de fois je dessine le Pouffre autant de fois j'adore!

J'ai quand même pu dessiner un peu, (et vite surtout!) en dehors de mes "heures de travail" , l'après midi de liberté pour les élèves (et moi)  à la Pointe courte, pas mal vu, non?

De bric et de broc la Pointe Courte et  toc!


Arnaud le pêcheur à la Pointe Courte
 
Avec Agnès, toujours à l'écoute des gens, on discute avec les pêcheurs postés en grappes le long du canal. Les Daurades royales prennent la tangente, quittent l'étang de Thau pour aller frayer dans des eaux plus chaudes de la Méditerranée, c'est la transhumance des poissons... lol.
Du coup, on sympathise avec Arnaud, un pêcheur de Béziers, pour qui les choses de la mer n'ont plus de secret. Pendant qu'il parle avec Agnès qui le questionne sur une suite à donner à son histoire de sirène, j'en profite pour le dessiner rapidos avec le feutre que j'ai sous la main.

Quand il découvre le dessin, ça donne un monologue à la Pagnol, comme ça :
"Regardez moi les ceux là! Il pêchent tous! C'est un vrai" Bize-nèsse! Les chômeurs pour bouffer, les fumeurs de joints pour acheter leur drogue! pffff!!!!!
J'étais content hier, en toute fin de journée, j'ai pêché une superbe daurade royale, comme ça!, Eh tout le monde me connaît ici...
Oh Peuchère! elle m'a dessiné, je ressemble à Charles Bronson et aussi à Johnny, mon idole, je lui ai consacré une pièce entière chez moi"....
Et tout content, il me prend par les épaules pour une photo souvenir... Je dirais même qu'il m'a embrassé sans vergogne, l'animal!!



Sans oublier Michel Izoard, une autre figure de la Pointe Courte,  le passionné de maquettes : il reconstitue toutes les scènes des joutes avec une patience infinie ! en taillant des allumettes de bois et peinture sur chaque sujet, quelle talent et sans grosse tête, juste à fond dans son truc. Encore un passionné!


Il y a aussi Roger Brel (rien à voir ave Jacques) pêcheur du quartier à la retraite, que ne rate aucune occasion de raconter ses histoires à toutes  les nouvelles têtes qui passent par là.... Il me l'avait déjà servie en avril précédent.
(toujours à la Pagnol!) "Le meilleur pêcheur c'est MOI! J'ai arrêté parce que j'ai soixante-et-quinze ans, eh je les fais pas! Mais ça va bien, toujours bien, même avè les gonzesses, faut pas le dire à ma femme, peuchère"... Hableur comme un pêcheur, Roger Rabbit  tu nous fais bien rire!



Après la journée de dessin, tout le monde se pose pour se désaltérer en terrasse. C'est là que je peux sortir mes crayons. Ca ne dérange personne.
J'ai acheté des tielles avant de rentrer à Lyon et demandé à la vendeuse un morceau de papier d'emballage de Sophie Cianni, fabrique de tielles. J'en parsème mes dessins de touches vermillon..

Au Cimetière Marin, juste le temps de croquer un petit angelot en prière... couleur plus tard


Et le dernier jour, visite au Miam, j'en profite pour 'coller' la Mamma dans les bras d'un carrossier baraqué. 
"Dis moi beau gosse, tu connais le comble du carrossier?"
"Bah.... non????"
"Déshabiller une DéeSse  pour s'en faire une IDée, mon lapin!"  lol
Je te jure, ils n'ont peur de rien ici.

Mama Mia... m

Quant à l'étonnante histoire de Martial Richoz... je l'ai racontée sur le blog de Couleurs Vagabondes mais je  vous la raconte quand même...
Martial Richoz, au petit bonheur des bus!

Ce Suisse de Zurich, gentiment allumé a  toujours adoré les autobus et a fait une véritable fixation quand sa candidature comme chauffeur de bus a été refusée. Il s'est construit de drôles de machines qu'il appelle ses bus, porte un uniforme et une casquette grise et fait circuler ses engins dans la ville avec un sérieux notoire, klaxons, crissements de freins, distribution de tickets : il fait son cinéma tout seul, il est très populaire dans la ville. Tout le monde le connait et les chauffeurs de bus le considèrent comme "de la maison".
Son internement dans un Etablissement psychiatrique a révolté la population qui s'est mobilisée pour le faire sortir. Encore plus populaire, le Martial!
Depuis la mort de sa grand mère chez qui il vivait, il a réintégré l'Asile où on lui a aménagé un autobus dans lequel il finit ses jours sans amertume, dans son élément.
 
Voila ce qu'on peut voir au Miam avec une vidéo sur Martial et son monde pas si imaginaire.
 
Et j'ai terminé vendredi 16/10 par un dessin bien gondolé du Palais Consulaire à la  Doucedame-Doro!!! Je jure, j'avais pas bu mon Colonel! Comprenne qui pourra.
 

Si vous avez envie d'en savoir plus sur le stage de Sète, n'hésitez pas à circuler sur le blog de l'Association et de mettre un petit commentaire en bas de page :
http://couleursvagabondes.blogspot.com

Et à bientôt ici même...
 

samedi 10 octobre 2015

Après l'exposition "les Ateliers Révélés"

Superbe exposition, le week end dernier du 2 au 4/10/201. J'ai participé aux Ateliers Révélés

Juste avant l'ouverture au public nous avons visité nos ateliers réciproques,  l'idée étant qu'un atelier d'artiste invite un autre artiste pour le faire découvrir et présenter une œuvre commune.

- Ternand, (atelier de Christophe Renoux, peintre accueillant Francine Triboulet céramiste Design,
- Bagnols : Laurent Jegonday (créations en Zinc) accueillait Marc Da Costa , sculpteur
  et Jean Louis Fayolle sculpteur sur bois accueillait Jean Michel Debilly également sculpteur,
- à Pommiers, Martine Meyrieux, céramiste , accueillait Marie Agnès Branchy, raku
- à Châtillon Françoise et Charles Bornard sculpteurs accueillaient Gérard Cazé, sculpteur.
et Maryvonne Dublassy à  Châtillon d'Azergues (créations textiles originales) m'invitait.

Maryvonne présente ses pièces sur le thème INDIGO. Tableaux-collages sur le vêtement, kimonos et autres, poufs Batik indigo, colliers, bagues, coussins et surtout les vestes réalisées avec des tissus de l'Ethnie des Miao de Chine, une pure merveille.


 




Nous avions réalisé à 4 mains deux œuvres communes : la première sur batik indigo, intégrant le portrait d'une jeune mère Ladakhi et son bébé dans le dos.


Et le deuxième sur fond à dominante orangé, le portrait du dinandier Ouzbek inspiré d'un dessin fait à Boukhara issu de mon carnet de voyage de mai 2015.



Samedi  à partir de 10 heures et jour de marché à Châtillon, les locaux se sont vite remplis. Et dimanche c'était pareil, juste un petit créneau d'un quart d'heures pour manger vers 14h. Tout le monde semblait  ravi du "mariage" des travaux de Maryvonne et mes carnets de voyage et peintures. Les panneaux ont obtenu un vif succès.

 J'avais fait quelques nouveaux tableaux petit format pour l'occasion.
 Toujours dans la lignée des "moines Birmans"...

 et deux portraits Ouzbek, un vieil Aksakal  près d'une yourte "les barbes blanches" comme on les appelle et Naciba une jeune fille Ouzbek qui se dessine un ligne de sourcils avec de l'ousma.

Et j'ai eu la très bonne surprise de voir "Bigoudene", une fondue du dessin et carnets de voyage qui a craqué pour les 3 petits moines et l'Art de la toge.
Merci à mes fidèles copines venues spécialement de Lyon pour me voir. Elles se reconnaitront.
 

Le vendredi et le samedi soir, j'ai assisté au concert poésie autour de Barbara par Josiane Jannet-Vicard qui a repris avec brio des chansons peu connues et parlé avec humour et tendresse de la Grande dame en noir. Une voix chaude et tellement proche de l'original qu'en fermant les yeux, on la sentait vibrer. Un tonnerre d'applaudissement pour Josiane qui confirme son talent, accompagnée au piano par David Boumendil  et quelques petits duos pas piqués des hannetons! Bravo encore.

Et je voulais terminer avec nos artistes de Pommiers. Martine Meyrieux  et Marie Agnès Branchy . Elles travaillaient dans le plus grand secret à la réalisation d'une œuvre commune monumentale....

Quand tous les exposants  arrivent à Pommiers ce samedi matin vers 8 h, avant l'ouverture au public, un petit café nous attend. Puis nous sommes invités à pénétrer dans l'annexe de l'atelier de Martine.

Une bâche plastique couvre une pièce de plus d'un mètre de haut. Consciencieusement, les deux copines déballent le plastique et là... surprise... voyez plutôt ! Waouh!!!!!!!!


A première vue, on dirait un cheval en chocolat au lait. On  envie d'y passer la langue! miam!
C'est vrai qu'il n'est pas terminé, mais quelques jours après, nous les retrouvons et là, il est, il est, comment dire, superbe, magnifique, étonnant, génial! quel talent!


de face
 
de dos


Il est en terre (non cuite pour l'instant). Pour voir la taille réelle, Gérard se place tout près.


Et Bravo aux artistes au travail! Martine à gauche et Marie Agnès à droite. Elle sont culottées, les girls!


 Afficher l'image d'origineVoila exactement à quoi ça me fait penser : Un sanctuaire Tamoul en pleine campagne sur la route de Trichy dans le Kerala, que j'ai visité en 2009, une allée de 300 mètres bordée des 2 côtés de chevaux en terre de taille réelle, décorés joliment
Magique, non ?

 

jeudi 1 octobre 2015

Expo : ma participation aux Ateliers Révélés



Comme vous le savez peut-être, je participe du 2 au 4/10/2015 aux "Ateliers Révélés".
SUIVEZ LE FIL! De quoi s'agit-il???
 
Dans 4 villages des Pierres Dorées, 6 ateliers d'artistes vous accueillent et présentent leurs nouvelles créations à 4 MAINS, avec LEUR INVITE. Je suis l'invitée de Maryvonne Dublassy (ma soeur) qui fait de la création textile et artistique  à Châtillon d'Azergues (thème INDIGO).

De plus, vendredi 2 et samedi 3/10 à 20 H, ne ratez pas le spectacle au Château de Courbeville de Chessy les mines : Josiane Jeannet-Vicard, interprète magique des chansons de Barbara. (sur réservation)

 
J'espère vivement vous voir l'un de ces 3 jours. Je serai présente vendredi 2/10 de 15 à 19h et samedi & dimanche de 10 à 18 h  à l'atelier Gemary (1er étage) 1556 route de la Vallée 69 Châtillon d'Azergues (à côté de la Caisse d'Epargne).

 
Je présenterai mes carnets de voyage et les  tout derniers PORTRAITS DE VOYAGE en petit format à prix tout doux! 

 
 

mardi 22 septembre 2015

Naissance d'un nouveau blog "Spécial Carnets de voyage"

De retour du Haut Atlas Marocain, j'ai le plaisir de vous informer de la naissance d'un nouveau Blog que j'ai créé récemment.

Désormais, vous pourrez lire et voir mes carnets de voyages à l'adresse suivante :

http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com

N'hésitez pas à vous abonner à mes articles en inscrivant votre adresse mail  sur le site (pavé à droite). Attention aux S de carnets et de voyages...

Je l'ai alimenté pour l'instant avec mon voyage au Cambodge de décembre dernier, carnet qui m'a valu le Prix du Jury et Prix du Public 2015 du Festival Curieux Voyageurs de St Etienne.

Le cadeau était "une semaine en pension complète à l'Ecolodge Touda" dans le Haut Atlas Marocain précisément la vallée d'Ait Bougmez! Rentrée hier après une parenthèse hors du temps. C'était très chouette!!!

Tiens, juste pour vous mettre l'eau à la bouche, une petite aquarelle faite sur place, le paysage vu depuis Touda. Très sympa cette semaine partagée avec Françoise, une copine croqueuse!!




Je vais continuer à vous parler de mon voyage Cambodgien sur carnets de voyages de la Vagabonde et puis cette année a été tellement riche en voyages!  je vous parlerai ensuite de l'Ile Maurice (mars 2015) puis de l'Ouzbékistan (mai 2015) et le dernier petit  "Marocain."

A très vite.

mardi 1 septembre 2015

Carnet "Dernière Chance" ou "Comment recycler des horreurs"

Cet été, j'ai participé assez lamentablement à une matinée  "aquarelle" à Brioude. (je n'en suis pas très fière).
Je n'étais pas en forme, pas présente réellement et ce que j'ai fait, c'est carrément horrible! Rien pour me rassurer tout était absolument hideux. Nul à chier, c'est pas poli mais on comprend tout de suite! lol!

Bien décidée à tout déchirer en menus morceaux et à jeter au fond d'une poubelle-oubliette,   mes copines me disent "mais non, recycle ton papier, fais-en quelque chose."

Pas du tout par souci d'économie, je me suis dit qu'elles avaient peut-être raison et j'ai donc fait du "RECYCLAGE D'HORREURS".

J'ai découpé horizontalement toutes les feuilles utilisées, j'en ai fait un carnet accordéon carré de 13 x 13 avec un "fond aléatoire" parfois très présent... Mais c'est le deal. Et puis le papier est de bonne qualité. Je l'appelle le Carnet de la dernière chance.

Jeudi dernier 27/8, je suis allée au musée Confluence à Lyon pour revoir l'expo Turak et dessiner avec Sylvie. C'est fortement déjanté, j'adore, et j'ai fait des dessins au feutre fin que j'ai aquarellé plus tard.



Les enfants sont subjugués ! Les mamans ont des têtes en forme de robinet...suspendues à des fils, elles s'agitent parfois pour promener le petit dans la poussette. Les brosses à dents sont coudées, les tubes dentifrices défraîchis!


Les personnages sont fabriqués avec des récup. d'os de sèches, des galets, du fil,  des coquillages, des plumes...et les girafes sortent de l'œuf dans le vivarium à girafons.


Un ours blanc surplombe des boites gigognes et une tête assez hideuse sort d'un col de chemise. Il est assez affreux! (on m'a dit qu'il ressemblait à un cul! c'est vrai!!!)

Quelque fois c'est compliqué car le fond est très sombre mais j'ai pas trop mal négocié l'affaire.

 
Dans le genre effrayant cette tête entourée d'un col fraise volanté, un entonnoir sur la tête et les lunettes de borgne... plus sympa la grande  échelle de pompiers chevauchée par de biens étranges personnages caracolant sur un cheval de bois, et les robinets qui jouent dans chaque pièce de cette curieuse "maison témoin". Témoin de la folie déjantée de Turak!
Précipitez-vous si vous ne l'avez pas encore vue c'est jusqu'au 1er novembre.


Le monde délirant de Turak

Ce week end profitant du soleil généreux, je suis allée dans mon "Coin de Paradis préféré" La Sablière sur Cèze. Et j'ai continué le carnet accordéon.




Les couleurs son toujours fortes, notamment au bord de la rivière, j'ai eu un peu de mal à cacher l'arbre sous-jacent, mais je joue le jeu quoi qu'il en soit.


Retour à la sérénité au bar un peu vide du 31/8, les familles avec enfants sont rentrées, ne restent que les grands adultes ou jeunes retraités (vieux aussi). Du coup, la place est libre.



 Là j'ai dû cacher une chapelle au toit rouge et je m'en suis pas trop mal tirée, elle a disparu du champ de vision et le bleu du ciel est devenu le bleu de la piscine. Pas mal, non?

Et au fond, les 3 arches  (rocheuses) , que je ne me lasse pas de dessiner chaque fois que je retrouve mon "paradis".
 Il ne reste plus que 3 pages à remplir dans mon accordéon. Ce sera pour bientôt....






 

dimanche 23 août 2015

Tribulations estivales : suite et fin!

Marseille du 20 au 24/7/15 en stage avec Emilie Dhauteville. Il fait toujours aussi torride!

Lundi 20/7 TGV de 9 h-  arrivées vers 11h. On pose nos valises au Vertigo (Auberge de jeunesse près du vieux port) et on se retrouve au Bar de la Marine (Obligé!). Les autres participants sont déjà là, un petit groupe dont un ado de 16 ans. C'est rare. Emilie dit "on va dessiner dans une savonnerie et on peindra au savon"! Bon ça démarre fort.

On fait la préparation, sur un papier aquarelle, une couche de savon liquide qu'on laisse sécher. Ca fait une sorte de glacis. On colle quelques papiers déchirés qui vantent la savonnerie de Marseille. Gouache blanche par dessus pour fondre le tout. Et on part à la Savonnerie pas loin pour dessiner les gros savons carrés si typiques de Marseille. Il fait encore plus chaud à l'intérieur aussi on s'installe dehors sur le trottoir.
Les gens regardent et commentent! "Peuchère, comme c'est beau! Vous savez bien dessiner!" avééééééééééé  l'asssent!

Petite esquisse au crayon; et mélange savon aquarelle. Ca mousse, c'est rigolo et les teintes sont patinées. Ca donne ça. (Sylvie a décollé des autocollants de Marseille)

Les savons peints au savon
L'après midi, on va sur le port à la Capitainerie. Emilie nous a trouvé un endroit à l'ombre, placées sur un promontoire, on dessine les bateaux.  Quelques cadres, des détails, le tout au feutre permanent et une ou deux taches de couleur pour dire mer ou ciel. On y passe l'après midi.



Mardi 21/7 . RV Quartier du Panier. C'est super sympa ce coin, j'adore.
Arrivées un peu en avance avec Sylvie, on dessine une ruelle où trônent des sculptures biscornues. Miguel l'artiste lit son journal en terrasse.  Il met une petite dédicace qui fait partie du dessin.



La veille, Emilie nous a fait préparer un accordéon en papier aquarelle. Le mien comporte 4 volets, que je colle dans mon carnet.
Après le petit café qui s'impose (là où ont été tournées des scènes de Plus Belle la Vie), on monte par les ruelles. Ce matin c'est perspective, du sérieux quoi! On passe toute la matinée, dans une minuscule ruelle, coincés sur nos pliants, parfois crayon à bout de bras tendus, nous déplaçant quand des gens veulent passer. Je dessine Béatrice en premier plan, c'est plus vivant. Bon  il fait faim.

la page 1 de l'accordéon et la rue Ballard en perspective

Difficile de trouver un restaurant, ils sont tous complets. Il faut attendre. Nous mettons ce moment à profit. "Sortez une éponge ou un plastique froissé, passez de l'aquarelle pour faire un fond sur chacun de vos plis, c'est les façades. Et laissez sécher. Après le repas, vous travaillerez au feutre puis rehauts d'aquarelle." Aussi tôt dit, aussi tôt fait!  Un resto en terrasse nous accueille pour nous sustenter. Ouf!

Voilà ce que ça donne. J'ai adoré faire ça!


Il me reste le verso... allez


Le soir, on termine vers 16h 30. Aussi, il nous reste du temps pour vaquer à nos occupations.
Dessins en terrasse, avec la petite bière, etc... Je reproduis un dessin peint sur le mur de notre chambre "la grue qui débouche le port de Marseille". trop fun!

 
On parle toujours de la sardine ici!
Et j'improvise une conversation à la terrasse du café entre un couple et un touriste japonais. Ca donne ça (oui c'est difficile de lire sur mon dessin) .
La fille : - Et toi Paul, en tant que journaliste, tu as des infos sur l'affaire de la Sardine?
Paul - Ben oui. Ce qui n'a pas été  dit, c'est que les grutiers qui devaient déboucher le port de Marseille avaient tellement bu le pastis, qu'ils étaient fins ronds! Et c'est eux qui ont bouché le port, pas les sardines!
Le touriste japonais - Ah ces français! Faut toujours qu'ils cherchent une explication à tout! Chez nous à Fukushima, on a trouvé la solution radicale au problème de la sardine!


Mercredi 22/7 : Départ en bus : Le Vallon des Auffes, petit port abrité, entre pêcheurs et touristes, c'est populaire et ça l'fait bien!
Le matin,  en nous décalant d'une place jusqu'à retrouver notre place initiale, on dessine une vue du Vallon  à partir de la terrasse de Chez Jeannot. C'est moche, j'ai utilisé un papier merdique, je balance ! Ben non, vous ne verrez pas, trop tard et trop moche!

On s'installe sur un quai à l'abri du soleil qui tape toujours comme un malade Con! On doit utiliser des couleurs irréelles, contraires à la réalité, j'aime bien!
On ne voit pas trop sur la photo, mais le ciel est mauve violacé.


Jeudi 23/07 :
Avant de partir pour notre journée Personnages, ce matin on va à LA CRIEE. Nous avons  préparé notre support  la veille : papier journal collé sur une feuille du carnet et passé ensuite à la gouache blanche.
Gros plans de poissons au feutre bleu puis aquarelle pour dire toutes les subtilités des reflets de ces daurades, empereurs, rascasse, poulpes et autres.  Pour terminer, un coup de Pentel  noir pour "poser notre pêche aux galéjades".

Les Marseillais sont  rigolards (poil au lard!) :
- "C'est quoi ce poisson, Monsieur?"
- "Celui-ci, tè, Peuchère, c'est la Rousquette!  la rascasse avèè les baskets!"



Maintenant, partons pour les Bains Militaires de Malmousque. Notre Emilie a ses entrées, cherchez pas. Bon c'est une plage privée (réservée aux militaires ou leur famille) avec Bar,  piscine, terrasse et tout ce qu'il faut pour notre bonheur du jour.

Emilie nous remet un morceau de papier carbone bleu. On doit  dessiner les gens tels qu'on les voit, captés dans leurs attitudes, d'abord normalement, puis dessin en pointillé ou tirets, de la main gauche, sans lever le crayon. Les dessins sont faits sur des papiers de différentes sortes et toujours en 2 exemplaires. Il faudra découper nos petits bonshommes et les coller sur une page où on intègre des morceaux de photos de bord de mer. Ca nous occupe pas mal.


Pour me faire plaisir, je croque en vitesse quelques visages, qui me branchent!


En soirée,  Sylvie, Marianne et moi sortant d'un restaurant Japonais, arrivons sur la place Lulli. Un kiosque à musique déformé comme une montre molle, se gondole au soleil couchant, on dirait même qu'il se gausse du spectateur. C'est vibrant. Opéra Noir, tel est son nom.

La chaleur n'est pas tombée mais notre enthousiasme toujours guilleret! J'attaque le "gondolé" au Pentel noir, rapide, sur une vieille carte du monde chinée au Brol de Bruxelles.  J'aime assez le résultat.
Pour la petite histoire, Opéra Noir a été réalisé en 2013 par Christophe Berdager et Marie Pejus. Il entre en résonnance avec l'Opéra de Marseille, renvoyant des sons déformés et stridents.
Marseille, ville de délires sonores et déformations oniriques!



Vendredi 24/7 : Dernier jour . On part avec nos valises à pied, jusqu'au MUCEM. On va dessiner sur des formats cartes postales qu'on prédispose sur notre carnet de façon harmonieuse, surtout pas alignées. On s'installe dans une coin super calme, mais on est vite délogées par une équipe technique qui doit fermer le coin pour l'installation d'un spectacle. Zut!

On traine un peu mais on a des exigences :  trouver un endroit à l'ombre d'où on pourrait voir "La Major". Compliqué!  Mine de rien, il est 12h 30; on mange au resto rapide du Mucem. Après un petit café bien serré, on est d'attaque pour croquer et aquareller nos points de vue préférés.


Ah, j'oubliais. Consigne : peindre direct sans dessin préalable... Ca complique un peu plus le schmilblik!




16h.  Avant de se quitter, on s'installe au café du Mucem sur cette terrasse magique qui permet de voir le ciel et la mer au travers de cette magnifique résille d'acier, Moucharabieh contemporain. J'adore!

C'était vraiment sympa et intense. Bravo et merci à Emilie.