usk

JE FAIS PARTIE DES URBAN SKETCHERS,! C'est quoi???

Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage.

Les sketchers français partagent leurs dessins sur ce blog et/ou sur le
groupe Flickr USK France. Vous pouvez contacter Urban Sketchers France en écrivant à cette adresse : urbansketchers.france@gmail.com. Visitez aussi le blog principal urban sketchers.org
.

Le Manifeste Urban Sketcher. 1.Nous dessinons in situ, en intérieur ou en extérieur et croquons sur le vif. 2. Nos dessins sont les témoins de notre quotidien et de nos voyages.3. Nos dessins représentent des archives de lieux et d'instants.4. Nous sommes fidèles aux scènes que nous voyons. 5. Nous utilisons tous types de techniques et apprécions la diversité de nos styles. 6. Nous nous soutenons, aidons, et encourageons les uns les autres et dessinons en groupe. 7. Nous partageons nos dessins en ligne. 8. Nous montrons le monde de dessin en dessin.

A partir de septembre 2015. vous pouvez retrouver mes carnets de voyages en dessin et en photos sur un nouveau blog de Blogspot . Pour l'instant un seul voyage, mais il va grossir très vite, car j'en ai "un paquet sous la botte!" A très vite.
http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com











lundi 11 novembre 2013

Festival QUAI DU DEPART de Raconte moi la terre les 9 et 10/11/13


Novembre est là et avec la période semi hivernale, c'est le temps des Festivals. Un beau début ce week end avec "QUAI DU DEPART" organisé par Raconte moi la terre, sur une péniche amarré au Quai Augagneur de Lyon.

Je ne voulais pas manquer de revoir les fameux "Portraits de voyage animés" de Bastien Dubois, qu'on avait vu chaque soir sur Arte pendant environ 3 semaines, tout petit court métrage de 3 minutes sur un pays et un sujet différent chaque soir.  Un vrai moment de bonheur pendant une demi heure, on a vu la moitié des films, la suite le lendemain.  J'en ai vraiment découvert plus du tiers avec toujours grand plaisir.

Ensuite, une conférence sur l'opportunité de voyager en pays totalitaire - Birmanie- animée par François Chazelles (le Boss de Raconte-moi-le-terre) avec Stéphanie  Ledoux, Philippe Bichon, Juien de l'agence de voyages Arvel et enfin Sophie Ansel, journaliste engagée notamment sur le sujet des Rohingas (minorité Musulmane) en Birmanie qui font véritablement l'objet d'une sévère ségrégation, oppression, et massacres perpétrés par la Junte.

L'occasion de dessiner tout ce beau monde des voyageurs, croqueurs, curieux de tout et prêts à partager.


Une "grosse tête" m'empêchait de voir Stéphanie Ledoux pendant cette conférence aussi, je me suis vengée gentiment  le lendemain en la dessinant, pendant qu'elle argumentait après la 2ème partie du  film de Bastien DUBOIS auquel elle a participé pour les portraits. Il s'agit d'un carnet de voyage animé, c'est un boulot immense qui a engagé énormément de monde mais le résultat est vraiment sympa.



Enfin,  le film "le marché de l'amour".. Ca se passe tout au Nord du Vietnam. Des peuplades venues il y a fort longtemps de Mongolie, Chine, vivent dans ces vallées. Des ethnies Mhong et dhong entr'autres, se réunissent 2 fois par an dans le village de Sapan, pour y rencontrer et flirter avec le sexe opposé. Aussi bien des jeunes de 14 ans qui cherchent  à se marier ou à avoir des aventures sexuelles sans lendemain, ou des épouses qui savent qu'elles y retrouveront leur amant et les époux leurs maitresses! tout ça très naturellement, sans aucune forme de jalousie ou possession quelconque!  Il faut voir comme ils en parlent, comme si c'était le truc le plus naturel du monde. Vraiment très étonnant, je n'aurais jamais imaginé de telles coutumes surtout parmi une population traditionnelle, mais en fait, ultra libertaire.  Le revers de la médaille, c'est que ça commence à se savoir et les touristes affluent, donc ce "marché" commence à devenir une affaire rentable et un peu moins authentique qu'au départ.

Le réalisateur Philippe Rostan (d'origine Vietnamienne)  ci-dessous,  parle de son film et engage le débat en répondant aux questions des participants.



Enregistrer un commentaire