usk

JE FAIS PARTIE DES URBAN SKETCHERS,! C'est quoi???

Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage.

Les sketchers français partagent leurs dessins sur ce blog et/ou sur le
groupe Flickr USK France. Vous pouvez contacter Urban Sketchers France en écrivant à cette adresse : urbansketchers.france@gmail.com. Visitez aussi le blog principal urban sketchers.org
.

Le Manifeste Urban Sketcher. 1.Nous dessinons in situ, en intérieur ou en extérieur et croquons sur le vif. 2. Nos dessins sont les témoins de notre quotidien et de nos voyages.3. Nos dessins représentent des archives de lieux et d'instants.4. Nous sommes fidèles aux scènes que nous voyons. 5. Nous utilisons tous types de techniques et apprécions la diversité de nos styles. 6. Nous nous soutenons, aidons, et encourageons les uns les autres et dessinons en groupe. 7. Nous partageons nos dessins en ligne. 8. Nous montrons le monde de dessin en dessin.

A partir de septembre 2015. vous pouvez retrouver mes carnets de voyages en dessin et en photos sur un nouveau blog de Blogspot . Pour l'instant un seul voyage, mais il va grossir très vite, car j'en ai "un paquet sous la botte!" A très vite.
http://carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com











mardi 13 mai 2014

Beau dimanche au Cimetière...

Le dimanche 4 mai 14 à 10h , quelques adeptes du groupe "Jetuilscroquent" de Lyon se sont donné rendez vous devant le cimetière de Loyasse à  Lyon 9°.




Visite guidée par Marie, la cousine de Valérie, qui a travaillé sur place plusieurs années, totalement passionnée et intarissable sur la question. Une petite quinzaine de croqueurs s'éparpillent alors  dans les allées... c'est une sorte de "petit Père Lachaise Lyonnais", où des noms célèbres de rues, avenues, places et monuments trouvent ici toute leur signification par les stèles magnifiques qu'on leur a érigées.

Premier cimetière construit à Lyon en 1810, par mesure d'hygiène, il compte 12000 tombes sur 10 hectares. Considéré initialement comme le cimetière des bourgeois, il comporte néanmoins un "terrain général" réservé aux indigents mis à disposition pendant 5 ans (puis crémation pour libérer de la place).

Ici, je découvre la stèle imposante du célèbre "Maitre Philippe", (Nizier Anthelme Philippe 25 04 1849 - 02 08 1905) sorte de mage inspiré, disciple d'Alan Kardec, qui imposait les mains et faisait des miracles.  La tombe regorge de fleurs, plantes,  que les descendants des bénéficiaires continuent d'honorer  aux dates anniversaires de ses bienfaits.

Pour la petite histoire, on découvre une sépulture bizarre, une sorte de grand habitacle fermé sur les 3 côtés à l'abandon, d'environ 3 m2 . D'après Marie, ce lieu "secret" était l'endroit  même des rendez-vous donnés  par une dame faisant commerce de ses charmes,  ici même. Le scandale a dû être à la hauteur de la traîtrise... mais la bâtisse n'a pas été détruite pour autant. Quelques légendes sont toujours attachées à de tels lieux et en font le sel.

Promenons-nous allée 10 : le carré des jouteurs, ou plus loin, des pierres tombales identiques sans noms c'est le quartier des religieux  dont la règle impose l'anonymat et la non identification.





Sous un vent frais le matin, nous acceptons l'invitation de Suzanne de partager notre casse croûte chez elle et nous réchauffer un peu, avant de retourner croquer l'après midi.
La "belle dame verte" inspire pratiquement tout le monde. Quel que soit le point de vue, elle est magnifique et totalement sensuelle.




Et puis, lundi comme il fait encore très beau, et que c'est encore les vacances scolaires, je retrouve Sylvie et  Marie Cécile à la passerelle de la Paix, qu'on dessine sous un autre angle.



Enregistrer un commentaire